Trois copains

Nous sommes trois amis inséparables, Sammy, Lindsay et Darcy. Ne croyez pas que nous soyons américains, non nous sommes bien français. C’est seulement que vers l’âge de onze ou douze ans nous nous sommes donnés ces surnoms, ceux de nos héros préférés de séries américaines à la télé. Et on continue à s’appeler ainsi entre nous…. Maintenant nous avons dix-huit ans – un peu plus ou peu moins – et sommes en Terminale au lycée. Le bac c’est dans trois semaines et autant dire que nous sommes en pleines révisions.

Cet après-midi, nous avons mis trois chapitres de maths au menu. Ca va être sérieux. Sammy et moi (moi, c’est Darcy) allons chez Lindsay pour travailler ensemble. Un travail de groupe, c’est bien mieux pour réviser – à condition, bien entendu d’être sérieux et de ne pas perdre l’après-midi à faire n’importe quoi. Mais, je dois avouer que ce n’est pas notre cas. Nous sommes de bons copains, de vrais amis en fait, mais si nous aimons nous amuser, nous savons aussi être sérieux et bosser un max quand il le faut.

Un petit mot sur chacun de nous. Sammy, d’abord. Il est grand et large, l’air maladroit, un peu comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Mais c’est la meilleur des copains, un vrai ami, en fait, sur qui on peut toujours compter. C’est l’amuseur de notre groupe, toujours prêt à sortir une bonne plaisanterie -surtout si elle est un peu grasse ou légère Il a un beau succès avec les filles.de la classe qu’il drague toutes et je crois qu’elles sont toutes plus ou moins amoureuses de lui et il a du en baiser plusieurs, du moins c’est ce qu’il dit, et je le crois volontiers (Il est des détails qui ne trompent pas !)

Lindsay est blond très clair avec des yeux bleus et des traits fins, un véritable visage d’ange. En plus il à l’air si timide…Il est vraiment beau, et si j’étais une fille, j’en serais follement amoureuse. Il doit représenter la garçon idéal, doux et tendre et, entre nous trois, c’est sûrement lui que je choisirais pour faire l’amour.

Quant à moi, il n’y a rien à dire, je ne suis ni beau, ni moche, ni grand ni petit, tout est moyen. J’ai l’impression d’être plutôt sympa, bien qu’un peu renfermé et timide. C’est peut-être pour ça qu’avec les filles… Pour tout vous dire, je suis encore puceau. Bon, c’est vrai, j’ai tout juste dix-huit ans, il n’y a rien de perdu, mais il va quand même falloir que je m’occupe rapidement de perdre ce pucelage! Mais ne croyez pas que je suis tout à fait une oie blanche, si je n’ai jamais eu l’occasion d’enfiler ma queue dans la chatte d’une fille…

Et puisque j’en suis aux confidences intimes, je dois aussi dire que Lindsay, Sammy et moi, n’avons jamais eu de relation sexuelles ensemble, même pas les habituels petits jeux de découverte mutuelle plus tôt dans notre adolescence. D’ailleurs, je ne crois pas avoir déjà ne serait-ce qu’entrevu leur sexe.

Nous installons dans la chambre de Lindsay. On sort livres et cahiers, Lindsay allume son PC pour y trouver les exos de maths, on ouvre les livres et c’est parti.Bientôt la table de travail est couverte de livres, de cahiers et de notes. Le CD dans l’ordinateur nous crache ses exercices et ses conseils. Chacun cherche la solution, on s’entraide … ça marche bien.

Après avoir vraiment bossé pendant plus de deux heures, Lindsay suggère de faire un break et descend à la cuisine chercher du coca dans le frigidaire. Sammy est devant l’ordinateur..
« Tiens, je vais chercher les MP3 qu’il a téléchargés. »
Un clic ou deux et la liste des répertoires du disque dur s’affiche.
« T’as vu ça ? le salaud ! Un répertoire marqué ‘porno’… »
« Ouvre-le pour voir. »
La liste s’affiche nos yeux : apoil, baise, groupes, lesb, pipes, etc…
« Il ne doit pas s’embêter avec ça ! »
« Vas-y, clique, fais voir ! »

Un clic et une fille splendide s’affiche à l’écran, une blonde joliment bronzée, les cheveux longs, les yeux marron mais doux. Ses miches ! Merveilleux, fermes, ronds. Entre ses jambes un chat complètement épilé. On devine un petit cul rond qui attend des caresses…
Une autre photo, une brune cette fois, très sexy…
Un couple en train de baiser, lui avec une érection d’acier, la queue dressée, le bout énorme, luisant de mouille prêt à enfiler une belle chatte mouillée et ouverte n’attendant que de recevoir cette grosse bite.

Ca commence à me démanger entre les jambes, je sens que ça gonfle et je me doute que mon jean doit être vachement tendu !
Dans la photo suivante c’est la fille qui prend l’initiative. Elle chevauche le garçon, lui tient la que d’une main pour la guider dans sa chatte pendant qu’il lui pelote un sein d’une main et lui pince le bout de l’autre. La fille a l’air d’aimer ça. Moi aussi !

« Vous gênez pas, bande de cochons ! « 
C’est Lindsay qui revient avec des verres et une bouteille et qui nous trouve scotchés à l’écran du PC.
Une courte discussion, Lindsay se dit furieux que nous ayons dévoilé un de ses secrets, mais bientôt nous sommes tous les trois collés sur l’écran.

D’autres photos. Il y a le choix, Lindsay a du en télécharger au moins dix ou quinze méga. Celle-ci : deux filles et un homme. La fille est à quatre pattes au dessus de l’homme et lui fait une pipe goulue. L’autre fille s’est glissée sous la fille et lui suce les seins.De cette seconde fille, on voit surtout, en premier plan, son cul et sa chatte luisante dans lequel elle se fourre un doigt expert pour se branler.

Soudain, à l’écran, deux garçons en train de se sucer. Jeunes, à peu près notre âge, bien bâtis, virils. Deux queues de rêve avec chacun une queue à faire saliver hommes ou femmes.
Lindsay se met à ricaner et demande :
« Vous avez déjà sucé une bite? »
Sammy répond que ça lui est arrivé une fois ou deux. « .
« Quoi ? T’as aimé ? « 
« Vachement. Complètement différent de la baise dans une chatte. »
« T’as essayé de goûter le foutre?… Qu’est-ce que ça sent? »
 » C’est salé, un peu visqueux, mais pas désagréable du tout. « 
« Il paraît que c’est mieux quand tu te fais piper par une mec.
 » Ah bon? » demande Lindsay. « Oui, les femmes ne savent pas bien au début. Un mec sait tout de suite ce qu’il faut faire à ta queue parce qu’il en a une lui-même. »
« Alors t’es un peu homo, Sammy? »
« Non, mais homme ou femme, c’est aussi bon, même si c’est différent. Qu’est-ce que t’en penses, Darcy ? »
Justement, je n’en pense pas grand-chose et puis un mec avec un mec, c’est pas vraiment mon truc. Pour changer de sujet, je clique sur une autre photo.

Et en gros plan, une queue enfilée dans une chatte. On voit tous les détails, une longue bite au manche gluant, surmontée de deux grosses couilles velues, les lèvres de la chatte sont gonflées par le plaisir et le foutre crémeux qui suinte de la chatte.

Cette fois, je ne tiens plus, je commence à me caresser la queue à travers mon pantalon.
 » C’est vachement excitant. » je dis.
« Je trique comme un fou, va falloir que j’aille me branler dans les chiottes !  » s’exclame Sammy.

« Fais-le donc ici », je lui dis en plaisantant, « On profitera du spectacle en direct ».
« Vas-y, branle-toi, on va t’accompagner si tu veux « ajoute Lindsay.
« T’es sérieux, mec ? Tu veux que je me… « 
« Oui, sors ta queue et libère-toi. « 
 » Fais-moi voir comment tu fais. Comment, avec deux doigts ou à pleine paume ? »
« Chiche, les gars, « réplique Sammy.  » Je vais le faire, vous savez. « 
 » Oui !  » nous l’encourageons en chœur. Sans paraître hésiter, nous voyons Sammy ouvrir la fermeture éclair, enlever sa ceinture et baisser son pantalon. Sous son slip, nous devinons un gros paquet prêt à jaillir. Je suis un peu mal à l’aise, et décontenancé, car si Lindsay et moi avions dit à Sammy de se branler devant nous, c’était histoire de rire et nous ne pensions pas qu’il le ferait. En même temps, je me sens curieux, excité et ça me fait bander de plus belle.
Je le regarde baisser son slip et mettre à l’air une grosse bite raide, aussi longue que ma main, peut-être plus encore, une queue qui palpite et vibre avec force. A une extrémité une pelote de poils foncés et à l’autre un gros gland rougeâtre, brillant et dejà a demi collant.. Aussitôt, sans même nous jeter un coup d’œil, il mouille ses doigts d’un peu de salive et se met à aller et venir sur sa bite.

Ses grosses couilles et sa queue magnifique me font bien envie et je sens la chaleur qui monte en moi, je ne tiens plus en regardant cette grosse bite, en entendant les grognements de Sammy, en voyant sa main qui monte et descend. Il faut que je me…
Presque malgré moi, j’ouvre mon jean et je sors ma bite. J’ai même du mal à le faire tellement je bande et elle tend tout mon slip. Je la sens palpiter, je sens qu’elle a un besoin urgent que je m’en occupe.Je parviens enfin à la faire jaillir et mes doigts entourent gland déjà brillant de mouille. Rien qu’avec cette sensation autour du bout, il me semble que je vais juter. En tout cas, je ne vais tenir longtemps.
Levant la tête une seconde, quelle n’est pas ma stupeur de voir que Lindsay a aussi sorti sa queue et se caresse les couilles d’une main tout en se branlant de l’autre.Lui aussi a une queue de bonne taille Surtout elle est longue et joliment courbée, vachement bandante. Je comprends mieux pourquoi il dit que les filles adorent.
Pas un mot, chacun se masturbe en silence. On l’entend que le bruit des mains qui vont et vienne t sur la peau mouillée ou quelques de grognements de satisfaction.
Je me surprends à dire brusquement à Sammy, tout en posant une main sur sa cuisse:
« J’aimerais bien… Enfin, tu veux que j’te branle…. J’ai envie de te faire jouir. »
Une seconde s de silence et j’ajoute :
« On pourrait même faire un échange…  » Je crois que j’ai une boule dans la gorge en disant ces mots.

Toutes les mains s’arrêtent, les regards de Lindsay et Sammy se tournent vers moi. Je me sens rougir, je sais que j’ai dit une belle connerie. Et qu’ils vont me prendre pour un sale pédé…

Soudain, Sammy tend la main, la pose sur ma queue, la serre doucement. Il chuchote, comme si c’était quelque chose de très confidentiel : « T’as une belle bite, elle est chaude et bonne…. Vas-y, on se branle ensemble.  » Sa main est chaude, elle caresse doucement mes couilles puis dégage le gland, repousse la peau et prend en main la hampe plus dure que jamais. Lindsay nous interrompt : « Et moi, on me laisse me palucher tout seul?  » « Tu veux aussi?  »  » A trois, c’est plus bandant!  » Nous installons face à face, je vais prendre en main la bite de Lindsay, il va branler Sammy et ce dernier va continuer à s’occuper de moi.

Dans ma main, je sens une paire de balles douces comme de la soie, et je les fais rouler entre mes doigts. Je sens qu’elles sont pleines et gonflées. Ca doit être en feu dedans, je me dis.

De mon côté, c’est aussi en feu et je pousse un gémissement quand Sammy me touche les couilles tout en me branlant le manche. Puis il entoure ma bite de ses deux mains, monte et descend, lentement puis plus vite.
 » Tu aimes ça ?  » il me demande.
 » C’est bon, continue. « 
La bite de Lindsay est fine et terriblement dure. Je la branle à grands coups, la paume bien serrée sur le manche, soudain, je sens ses couilles durcir et remonter. Il frissonne, gémit un grand coup, prêt à gicler.
« Attends,  » dit Lindsay, « je vais me finir tout seul. « 
Lindsay m’enlève sa bite des mains, et se branle vigoureusement, Serrant sa queue avec trois doigts il monte et descend toute la longueur de son manche. En deux secondes, le voilà qui se cambre et se tétanise de plaisir. Avec des grognements de satisfaction, il fait jaillir le foutre en longs filets blanchâtres qui montent et retombent un peu partout. J’en reçois même sur ma chemise ! Lindsay en a plein les mains, plein le ventre. Que c’est beau de voir cette sauce brillante qui coule lentement sur lui.

« Alors quoi, tu rêves ?  » C’est Sammy qui se rappelle à Lindsay. « Arrête pas, fais-moi jouir ! « 
En réponse à cet appel, Lindsay branle son copain, vite puis lentement, décalottant le gland à fond, descendant loin avant de remonter et de recouvrir le gland de toute la peau. Sentant enfin la bite de Sammy qui gonfle et est parcourue d’une pulsation, il ralentit son rythme et le fait jouir enfin. Lindsay tremble de tout ses membres et gicle, jet après jet. Le premier passe juste au dessus de Lindsay et le second, il le reçoit en plein visage. Un troisième jet lui barre la poitrine et les reste s’écoule lentement sur les mains de Sammy. Reprenant son souffle, Lindsay s’essuie la figure avec son tee-shirt

Je les regarde les uns après les autres et ils me regardent, nous nous sourions, contents de savoir que nous nous sentons bien ensemble.

Il n’y a plus que moi en course ! Déjà les plaisanteries fusent :
« Alors, Couille Sèche !.On prend son temps…Tu veux que je la plante dans le cul pour te faire jouir ? »

Mais Sammy sait y faire, me coulisse la queue si doucement que je crie de plaisir. Les mains de Lindsay s’activent sur moi, passent entre mes cuisses et cherchent mon anus avec deux doigts gluants de foutre. Je sens mon cul répondre, palpiter en s’ouvrant et se fermant. Mais comme il encore vierge, Lindsay a du mal à le forcer. Il le frotte légèrement, y décrit quelques cercles et soudain, poussant plus fort, il franchit la barrière. Je pousse un cri, pas de douleur mais de surprise. Je sens mon cul qui se contracte en rythme autour de ses doigst.
« C’est bon, enfonce ton doigt… loin… branle-moi le cul ! « 
Je vois la bite de Lindsay qui se met à regonfler : manifestement il prend plaisir à entrer et sortir ses doigts de mon cul. Je sais bien que je devrais aller m’en occuper, et apporter à Lindsay le même plaisir que celui qu’il m’apporte – en le suçant, par exemple – mais, je n’en fais rien. Egoïstement, je prends mon pied, je reste immobile et me laisse emporter par mes sensations.

Je n’arrête pas de pousser des gémissements sourds.

 » Plus haut, Sammy, autour du gland…. Oui, comme ça…. C’est bon tu sais!  » Et d’une voix hésitante :  » Sammy, suce-moi, s’il te plaît… Suce ma queue.  »

On croirait que Sammy n’attendait que cela, car aussitôt, il ouvre grand la bouche , se baisse vers moi et enfonce mon gland brûlant et une bonne longueur de manche. Je sens sa langue un peu râpeuse lécher la douceur de mon gland, des lèvres se serrer sur mon manche gonflé. Comment résister, comment tenir, comment ne pas juter surtout que, par derrière, Lindsay me ramone frénétiquement le cul, m’arrachant de nouveaux cris de plaisir.

Le seul fait de regarder Sammy ; les yeux mi-clos, la bouche ouverte et remplie par ma bite, est suffisant pour m’exciter. Ca me plaît vraiment de me faire sucer par un garçon ! Surtout qu’en plus, Sammy est un spécialiste des pipes. D’une main il m’entoure les couilles et les caresse, l’autre main me branle le manche. Et sa bouche ! Ses lèvres sont douces, sa bouche est chaude, sa langue fureteuse lèche et suce avec tant de délicatesse, tant de précision et tant de résultat jouissif.

Les deux garçons ont instinctivement adopté le même. Quand la bouche de Sammy remonte jusqu’en haut de ma queue, Lindsay retire son doigt presque entièrement de mon cul et puis, ensemble, ils redescendent, une bouche gourmande avale ma bite frémissante tandis qu’un doigt déchaîne le feu dans mon cul.

Je sens du fond de mon ventre venir une sorte de crispation agréable et chaude et la jouissance monte de mes couilles dans le manche qui palpite du désir de gicler. La tension monte encore, je serre les dents, je fais une grimace en sentant le foutre bouillonner puis exploser. Je pousse un long gémissement tandis que le jus s’écoule en longues saccades. Sammy reçoit la première dans la bouche puis abandonnant rapidement ma queue, il reçoit la suite en pleine figure, chaque nouveau jet de foutre chaud lui arrosant les joues et le menton avant que ma bite ne cesse de cracher.A la fin, Sammy reprend ma queue gluante dans sa bouche pour la lécher jusqu’à la dernière goutte, et il semble prendre son pied.

Ca y est, c’est fini…Nous nous regardons, et nous partons ensemble d’un grand éclat de rire, à la fois nerveux et moqueur. C’est vrai que nous avons fière allure, le pantalon enroulé autour des chevilles, la queue encore luisante mais déjà pendante, nos cuisses et nos ventres couverts de foutre blanchâtre, et surtout Sammy, avec une grosse coulée crémeuse autour des lèvres, et des paquets collés sur le nez et le menton.

« Ouh ! C’est plus sympa de réviser comme ça qu’avec le prof de maths ! » je dis.
 » Et puis ça sert de crème de beauté pour la peau  » déclare Sammy en s’essuyant la bouche. Puis, il ajoute
« Mais c’est pas tout ça. On s’est bien masturbé la queue et vidé les couilles, mais c’est pas fini. On va recommencer… « 
Il s’arrête une seconde attendant notre réaction.
 » Maintenant, si on se masturbait les neurones avec un petit exo de maths ? »

Hornyboy http://www.histoiresdeq.canalblog.com

 

Trois copains dans Histoires Gays mini_lignes002

Vous aimez les textes et Photos que nous vous présentons ?

Avez-vous apprécié le choix que nous avons fait de cette Composition  ?

Nous ne sommes pas auteur de ces textes ou de ces images, mais envisageriez-vous un don de quelques euros en gage du temps passé à leur choix, à leur sélection, et à leur présentation par mise en ligne sur ce Site ?

webmaster_fleches003d dans Histoires Gays aidez_over10d51 ( 5 € )

super2047b

mini_lignes002

Nous recherchons les Auteurs de certains des Textes Erotiques qui nous parviennent SANS SIGNATURE.

Merci aux Auteurs de ces textes qui se reconnaissent de se faire connaitre  afin que nous mentionnions leur signature au bas de leurs Récits et leur site sur notre Page D’accueil.

En cas de désaccord sur la publication de leur textes, il suffira de le préciser dans le Formulaire de Contact ci dessous, ces textes seront immédiatement retirés.

mini_lignes002

 



Laisser un commentaire

sexybeurettes |
rencontrescam |
kingdom4babes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | STEVEN ESCORT BOY
| QG-sexe
| moments X